portrait_LesM

Rencontre avec Les M, un duo composé d’Anaïs Morel et Céline Merhand, deux jeunes designers dynamiques et créatives. S’inspirant de notre univers quotidien, leurs réalisations nous le rend plus confortable, pratique, et agréable à vivre. Tout cela dans une dimension poétique, organique et fascinante qui ne manque pas d’imagination.
 
 

Semprecosi : quel a été votre parcours ?

Anaïs : nous avons étudié le Design à l’Ecole des Beaux Arts de Rennes. En quatrième année, nous sommes parties en Angleterre en tant qu’étudiantes Erasmus. C’est à partir de ce moment que nous avons commencé à réaliser nos premiers projets en commun. Diplômées en 2007, nos projets de diplôme, le fauteuil « Cocon » et la structure « POD »*, ont été exposés au VIA*. Ils ont ensuite été présentés au Brésil lors de l’année de la France au Brésil en 2009.

Céline : oui, ce sont vraiment nos projets de diplôme qui nous ont aidées à être propulsées sur la scène nationale puis internationale. En effet, en janvier 2009 nous avons été nominées au prix Design Talents au Salon du Meuble de Cologne.

 
Semprecosi : comment vous est venue l’idée de faire un duo ?

Anaïs et Céline : cela s’est fait naturellement.

Anaïs : notre séjour en Angleterre a été l’événement déclencheur car nous nous aidions mutuellement sur nos projets.

Céline : oui, c’est surtout en Angleterre que nous nous sommes trouvé un intérêt commun pour le travail de la matière. Nous étions parties dans le but de découvrir de nouveaux matériaux et techniques de fabrication. C’est également là que nous avons commencé à travailler sur nos projets de diplôme.
Notre nom, Les M, est un clin d’œil à notre scolarité commune. En raison de nos noms de famille, Merhand et Morel, nous nous retrouvions très fréquemment ensemble lorsqu’il nous était demandé de former des groupes de travail.

 
Semprecosi : pourquoi avoir choisi le design ?

Céline : en entrant dans une école d’art nous n’étions pas prédestinées à devenir designers. Personnellement, j’avais un intérêt pour la sculpture. Cependant le design permet d’entrer plus facilement dans le quotidien des gens.

Anaïs et Céline : l’essence même de notre démarche réside dans la possibilité de s’approprier et d’interagir avec les objets, ce qui n’est pas évident avec une œuvre d’art. Le fait de pouvoir nommer les objets est rassurant pour des personnes non averties. Le design permet ainsi de toucher un large public.
 
Semprecosi : de quelle manière travaillez-vous ensemble ?

Céline : notre méthode de travail est un peu particulière car j’habite et travaille au Luxembourg tandis qu’Anaïs vit à Rennes. Nous communiquons essentiellement par e-mails. Cette situation présente tout de même certains avantages. Elle nous a tout d’abord permis de créer un réseau à travers le Bénélux et l’Allemagne, ce qui n’aurait peut-être pas été le cas si nous étions restées toutes les deux à Rennes. De plus, l’éloignement nous permet d’être plus réactives car nous sommes sans cesse en attente d’une réponse de l’autre.

Anaïs : nous nous envoyons beaucoup de photos et de dessins de nos idées qui nous servent de support pour nos réflexions.

 
Semprecosi : c’est comme cela que vos idées naissent ?

Céline et Anaïs : oui, tout à fait !

 
Semprecosi : quelle importance portez-vous aux matériaux ?

Anaïs : nous attachons une grande importance aux matériaux dans notre travail. Notre choix porte principalement sur des matériaux intéressants au toucher.

Céline : nous aimons expérimenter la matière. Parfois, nous arrivons à un résultat inattendu qui devient partie intégrante d’une pièce. Récemment, nous nous sommes tournées vers des matériaux biodégradables. Nous souhaitons continuer à travailler dans cette direction pour nos futurs projets.

 
Semprecosi : quelles sont vos inspirations ?

Anaïs : nos inspirations viennent, essentiellement, de l’observation du quotidien et de la découverte de nouveaux matériaux.

 
Semprecosi : lorsque je regarde vos créations, je pense à la nature, au confort et à l’écologie. Est-ce que ce sont des notions importantes pour vous ? Et pourquoi ?

Anaïs : l’amélioration de notre quotidien est notre thème de prédilection mais nous ne nous fixons pas d’axe de travail en particulier. Nos créations s’inspirent des objets qui nous entourent ainsi que des histoires que ceux-ci nous évoquent.

Céline : il est vrai que chacun de nos objets à une histoire à raconter. C’est le cas pour le fauteuil « Cocon », récemment édité par Superette. Il narre de manière poétique le fait de s’emmitoufler dans une couverture sur son canapé. Ce fauteuil rencontre un vif succès auprès des gens car ces derniers se projettent immédiatement en train de l’utiliser dans leur salon. « Cocon » leur rappelle leur propre moment d’intimité et ils devinent qu’il est confortable avant même de l’avoir essayé ! Nous souhaitons rendre nos créations évidentes et facilement abordables.

 
Semprecosi : vous touchez un large public avec vos créations, je pense notamment au biberon « Tou’dou ». D’où vous est venue cette idée ?

Anaïs : là encore, c’est une histoire de toucher, de sensation. L’enfant peut ainsi avoir une sensation différente du matériau du biberon grâce à l’enveloppe moelleuse.

Céline : c’est aussi une question d’appréhension surtout avec les petites mains des enfants.

 
Semprecosi : vous vous êtes engagées auprès du Secours Populaire français pour la création textile contre l’exclusion sociale. Comment avez-vous conçu le projet?

Céline : le thème c’était « 2010 année contre l’exclusion sociale ». Il a été demandé à des artistes de participer à la création de 2010 coussins. Nous avons répondu à l’appel d’offre d’Eliane Sabon, designer textile, qui travaille au Secours Populaire. Ensuite, les coussins ont été réalisés par des femmes, en réinsertion sociale, à l’atelier de couture du Secours Populaire à Douchy-les-Mines.

Anaïs : l’idée était aussi de revaloriser le travail de ces femmes en exposant leurs créations aux côtés de celles d’artistes. Nous avons créé un coussin qui pouvait également faire office de mobilier d’appoint. Les objets conçus ont été vendus aux enchères et l’argent récolté a été reversé au Secours Populaire.

 
Semprecosi : pouvez-vous nous raconter l’histoire des « POD » et de « Arrêt sur végétal » ?

Céline : « POD » est un projet de diplôme dont les recherches ont commencé en Angleterre. Tout au long de notre année de diplôme, nous avons fait évoluer la première maquette en papier afin d’arriver à un prototype résistant et usinable en série.
« POD » est une résille sur laquelle l’utilisateur peut intervenir et en définir lui-même les fonctions. Le principe repose sur le geste. Lorsqu’on appuie dessus, la forme se bascule.

Anaïs : ce principe de construction fonctionne à différentes échelles ce qui permet d’investir un espace de différentes manières. Le dernier exemple en date est l’installation de luminaires réalisés à partir de grands modules à l’Hôtel-Restaurant Le Coq Gadby à Rennes.

Céline : « Arrêt sur végétal » est issu d’une recherche pour un objet d’extérieur. L’idée est de s’arrêter sur les choses que nous ne prenons pas la peine de regarder. La loupe de l’objet permet de mettre en valeur des choses minuscules que nous serions difficilement capables de voir à l’œil nu. La tige flexible permet à l’objet de bouger au gré du vent ce qui crée de petits tableaux végétaux éphémères. C’est pour cette raison que l’objet s’appelle « Arrêt sur végétal ».

 
Semprecosi : pour la 2ème édition de Breizh Design à la Galerie DMA à Rennes, vous avez collaboré avec des entreprises pour la réalisation des Tables « Lidje ». Pouvez-vous nous raconter cette collaboration ?

Anaïs et Céline : nous avons découvert, par hasard, un article sur internet qui parlait des recherches d’étudiants en IUT à l’Université de Saint-Brieuc sur un matériau à base d’algues vertes. Nous avons immédiatement contacté l’enseignant car nous attachons beaucoup d’importance au travail avec des entreprises locales. Il nous a invité dans leurs locaux et nous a présenté différents matériaux. A l’époque, le sandwich lin / liège / PLA* semblait être le plus abouti, c’est pour cette raison que nous l’avons choisi pour ce projet.

 
Semprecosi : vous avez été nominées pour le prix à la Création Produit en Bretagne 2011. Pourquoi avoir choisi « Collerette » pour vous représenter ?

Céline : en fait, nous avions proposé plusieurs projets. Mais c’est celui-ci qui a été retenu.

 
Semprecosi quels sont vos projets à venir ?

Céline et Anaïs : nous préparons actuellement notre prochaine exposition en parallèle du Salon international du Meuble de Milan en avril 2011 pour laquelle nous développons une nouvelle collection. A la rentrée prochaine nous proposerons un atelier pour enfant au Centre Pompidou-Metz.

 

*« POD » : nom donné à la création.
VIA : valorisation de l’Innovation dans l’Ameublement. Sa mission principale est de promouvoir la création française dans le domaine du design en France et à l’étranger.
PLA : résine réalisée à partir d’amidon de maïs.

Rédactrice : Emilie LETUR
Photographes : Simon CARADEC, LES M, Felipe RIBON, BLINKY.

 

Plus d’informations :
 
Les M Studio
74 Bd de Metz
35700 Rennes
 
info@lesm-designstudio.com
Site
 

Fauteuil Cocon
Fauteuil Cocon, Edition Superette, www.super-ette.com

Crédits Felipe Ribon

Luminaire POD
Luminaire POD,Hôtel-Restaurant LeCoq Gadby

Table LIDJE
Table LIDJE

Crédits Blinky

Arrêt sur Végétal
Arrêt sur Végétal
Biberon TOUDOU
Biberon TOUDOU