Les designers Nicolas Barreau et Jules Charbonnet présente à la galerie DMA leur installation sonore du 6 octobre au 28 novembre 2013.

Avec plus de 50 % des habitants de la planète vivant désormais en ville et cette proportion qui atteindra 70 % en 2050, l’humanité est urbaine. Contrairement à des civilisations plus ‘‘premières’’ entendons plus ‘‘traditionnelles’’, les pays de l’hémisphère Nord ont rapidement développé leurs économies grâce notamment aux progrès de la technique et à la modernité.
Cette urbanisation du territoire a changé les rythmes de la ville. Cette dernière se désynchronise avec la recrudescence des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Le temps des sociétés occidentales n’est plus le même que celui des civilisations premières, il est devenu le temps de la ville. Un temps manipulé, stocké, compressé.Thierry Paquot, philosophe de l’urbain pose la problématique de l’enjeu des villes de demain. ‘‘L’instantanéité et la simultanéité modifient les modes de vie des urbains et imposent de nouvelles normes temporelles. Comment articuler aujourd’hui temps singulier et temps collectif, comment vivre à plusieurs temps dans la ville ? ’’ La révolution industrielle est née de l’horloge mécanique. Cette dernière a discipliné les corps, la société, la ville. L’enjeu des villes c’est l’enjeu du temps. Si la ville ne parvient plus à créer ses propres temporalités pour échapper à cette course infernale, elle se meurt. L’homme doit consommer différemment le temps. Il faut (ré)apprendre à gâcher du temps.

Dans un paysage urbain dense où le temps est celui de l’économie de marché, des flux, il est nécessaire de considérer le travail des urbanistes, designers, architectes et paysagistes comme la possibilité d’apporter des solutions pour consommer un autre temps, celui des loisirs, de l’évasion, de la lenteur.

Le sas des ralentis est une installation immersive où le public est invité à déambuler à l’intérieur. Une séquence sonore créée sur de l’idée de la lenteur propose donc un espace temps suspendu, une pause. La perception acoustique d’un ralenti invite donc le ralentissement du corps dans le déplacement. Le sas des ralentis est un morceau de ville fantasmé, un échantillon rêvé d’aménagement de lieux de passage urbains.

Plus d’infos sur Barreau&Charbonnet
Suivre l’événement sur facebook

Barreau & Charbonnet, designers et plasticiens.

Nés en 1986 à Nantes, Nicolas Barreau et Jules Charbonnet sont deux designers diplômés de l’Ecole de Design Nantes Atlantique. Après avoir travaillé individuellement dans des agences d’architecture à Paris, Shanghai, Pékin et Buenos Aires, ils créent le studio «Barreau&Charbonnet» en 2011 à Nantes.

Designers de formation, plasticiens par engagements, ils conçoivent conjointement des projets de scénographies dans le domaine de la culture, des systèmes innovants en réponse aux mutations des cadres de vie, des espaces de vente de biens ou services, ainsi que des dispositifs plastiques interrogeant des usages tel qu’habiter, se déplacer, s’exprimer.

Chaque postures ancrées dans une réalité forte se nourrissent les unes des autres, autrement dit: pas de frontières entre design et art. Ils réalisent des projets dans le souci de faire dialoguer espace/utilisateur, œuvre/spectateur, lecture et compréhension, usage et attractivité, identité et narration, technique et pérennité des supports.

Parallèlement à leur activité, ils sont intervenants à l’Ecole de Design Nantes Atlantique pour les 2ème et 3ème années – cycle Bachelor.

Laurent Simon, chercheur à l’IMSI – CNRS

Après 3 ans passés à l’INRIA de Rennes, où il a travaillé sur des méthodes de séparation de sources audio à partir d’enregistrements stéréo, Laurent Simon est actuellement chercheur en audio au LIMSI-CNRS à Orsay. Ses travaux de recherche s’articulent autour du son 3D, c’est à dire à la simulation de sources sonores dans l’espace tout autour des auditeurs, l’équivalent audio du cinéma 3D.

Pour le sas des ralentis, Laurent Simon s’associe avec Barreau&Charbonnet pour la création sonore. Il exploite la gamme dite ‘‘Gamme de Shepard’’ créée en 1964 par Roger Shepard, psychoacousticien américain. Cette gamme a pour effet l’illusion auditive d’un son indéfiniment descendant (ralentissement) ou ascendant (accéleration). Cette illusion cognitive est l’équivalence acoustique de l’escalier de Penrose sur lequel on monte ou on descend de manière continue.

SOUTIEN à la création – Echafaudage
Installation soutenue par l’entreprise Loc’aze à Héric (44), entreprise de location et vente de structures d’événementiel et échafaudage.
Loc’aze
Parc d’Activités de l’Érette
Avenue Ampère – 44810 HÉRIC
0614230597