Bionicohand

C’est le projet de Nicolas Huchet. Amputé de la main droite à 18 ans après un accident de travail, ce jeune Rennais travaille depuis un an à l’élaboration d’une prothèse bon marché, la BionicoHand.

Nicolas Huchet a fabriqué sa propre main-robot à partir d’un « labfab » ou laboratoire de fabrication, ouvert au grand public.

Ce type de laboratoire très prisé aux USA (ou il est connu sous le nom anglais de fablab), basé sur le partage des savoirs, des compétences et des idées permet de concevoir de nouveaux objets numériques via par exemple une imprimante 3D.

Pour l’instant, la BionicoHand en est à son ‘premier jet’ qui est bien sur perfectible. Il n’empêche que, si graphiquement cette main-robot ressemble actuellement à un assemblage de pièces mécaniques, de poulies et de puces électroniques, elle peut quand même fermer quatre doigts, lever un index et tenir de petits objets comme un gobelet ou un oeuf.

L’équipe qui s’est penchée sur la BionicoHand doit maintenant travailler sur sa robustesse, sa miniaturisation, son autonomie et la diversité de ses mouvements.

La Bionico Hand est réellement un intéressante à plus d’un titre lorsque l’on sait que la philosophie « ouverte » de ce projet consiste à mettre au point une prothèse de main pour un prix final qui ne devrait pas dépasser 1000 euros, un avantage indéniable pour les personnes qui ne peuvent s’offrir une prothèse de haut niveau à cause de son prix.

De plus, il est également prévu que les plans et les codes informatiques de la Bionicohand seront à leur tour disponibles gratuitement sur internet.

Nicolas Huchet, vient de constituer l’association « My Human Kit » dans le but de lever des fonds. Piloté par une petite équipe de bénévoles à Rennes, le projet a déjà permis d’établir des contacts à l’international.