lab61 : Pôle de compétences Design Un réseau de professionnels

En 2010 était posé la première brique de ce qui est rapidement devenu la référence en matière de structuration d’offre design en Région Bretagne : Le réseau Design en Bretagne. 5 ans plus tard un constat s’impose : 70% des professionnels représenté dans notre annuaire, soit une centaine d’entreprises et professions libérales comptent moins de 5 ans d’existence et se sont stabilisés dans leur chiffre d’affaire.
Notre réseau est original dans le paysage des organisations de promotion du design en régions car il est le seul à être porté par des professionnels et non par des institutions, c’est sa force au sens où notre expertise de designers nous permet d’être légitime sur les questions d’innovation par le design, car nous avons été formés pour ça, avons expérimenté des outils, des méthodes, du terrain et des situations, en bons professionnels nous connaissons bien nos métiers. C’est aussi sa faiblesse dans la mesure ou nous restons une association et que nous n’avons pas les moyens d’autres organisations consulaires ou institutionnelles pour développer notre projet et nos actions comme il se doit.

À défaut de moyens ayons donc des idées !

Afin d’améliorer la promotion de nos métiers vers les PMI nous avons mis un service de diagnostique design en place il y a 1 an. Le but : Identifier les besoins potentiels en design et aider les entreprises à mettre en place un plan d’action ordonné afin d’éviter les erreurs d’aiguillage, de casting, et les surcoûts et déceptions entraînés à l’occasion. Nous avons audité une vingtaine d’entreprises en phase de changement, de transition, de projet, depuis 2014, et les avons aiguillés vers nos agences membres de Design en Bretagne, avec pour critère de base : à compétence égale choix de la proximité géographique. Nous espérons pouvoir faire prochainement le bilan de ces actions et évaluer leurs effets. En attendant, ces interactions multiples PMI/Industries créatives favorisées par notre interface ont soulevé la question d’outils à imaginer pour fluidifier davantage ces rapports et échanges, notamment sur le plan des living-labs ou laboratoires créatifs qui sont aujourd’hui intégrés dans les grandes entreprises comme la Sncf, Peugeot, Electrolux, Google. Un laboratoire créatif c’est un espace/dispositif de jeu pour les entreprises qui veulent se mettre en situation de créativité pour imaginer leurs futurs produits, brevets, management, espace de travail en agilité. L’idée clé est d’en déplacer le personnel, ou un groupe, dans un espace qui neutralise les barrières hiérarchique et habitudes conditionnées par l’espace de travail et de mettre ces personnes en situation de créativité avec un animateur et dans des situations détendues. Génération d’idées, empathie, jeux de rôles, tests, prototypages rapides, sont les produits du travail mené dans ces créative lab en mobilisant l’ensemble des acteurs de projet.
Cette approche de la créativité en groupe dans l’entreprise c’est mettre un pied dans la porte du Design thinking (ou co-conception) qui devient actuellement un standard international en matière de conception industrielle…
Nous avons également identifié un besoin en terme d’incubateur/pôle de compétence qui soit un lieu de convergence pour l’ensemble des acteurs de l’innovation par le design en Bretagne : Le cahier des charge était formalisé, nous avons créé le Lab61 !

Le lab61

Situé cœur de Rennes, à deux pas de la Place Hoche, dans un magnifique hôtel particulier du début XXème le lab61 est un centre d’innovation entièrement dédié au design et plus largement aux industries créatives. Le Lab c’est d’abord une pépinière de startups et des espaces de coworking (9 bureaux et 10 postes open space) afin d’accueillir et accompagner des créateurs d’entreprises, les équipes projets qui ont besoin d’un espace de travail stimulant, confortable et équipé. Des salles réservées à la location pour les entreprises/PMI extérieures permettent ensuite d’organiser des réunions de travail, des séminaires de créativité, événements, conférences etc.. L’impression 3D et des services de conseil en design ajoutée à une offre de services en ateliers/séminaires de créativité ainsi qu’une programmation de rendez vous thématiques (les afterworks) vient compléter cet outil afin de proposer un package global de centre d’innovation externalisé pour les entreprises ou les designers du réseau qui ont besoin ponctuellement de ces équipements et compétences.

Positionnement régional

Ces cinq dernières années nous avons constaté que lorsqu’il n’est pas thématique, le design est une fonction de plus en plus intégrée dans les actions de développement économique portées par les opérateurs régionaux et financés à grands frais, et nous nous en réjouissons, car nous ne pouvons que constater un éveil généralisé des consciences qui ne peut être que favorable à nos métiers sur ce sujet. Reste à présent à ces opérateurs à savoir déléguer ces compétences à des acteurs régionaux solides, ce qui est encore une autre affaire, car le développement local concerne aussi les agences de design. Une partie de ces substantiels fonds publics investie dans ces programmes à efficacité critiquable pourrait aussi aller à la faveur du développement et de la stabilisation de ces métiers en région. Défaut de visibilité ? de structuration ? concurrence entre opérateurs institutionnels ? Nous devons quoi qu’il en soit analyser les bonnes et mauvaises pratiques, tirer les enseignements de ces expériences et redéfinir et affirmer notre positionnement de Pôle de compétence design afin de le rendre incontournable en région Bretagne tout en œuvrant à son rayonnement. Le Lab61 exerce aujourd’hui une réelle attraction sur le monde industriel et est devenu en deux mois l’interface tangible de notre écosystème, nous avons probablement créé un nouveau modèle de service/interface professionnelle et nous l’avons conçu en bons designers…

DESIGN STRATÉGIQUE…un nouveau défi pour 2014 ! Par Jacky Lefaucheur
BONNE NOUVELLE
….
Après deux décennies, le Design, au sens général du terme, est devenu une composante naturelle de réflexion et de développement au sein de notre modèle de société.Il est totalement rentré dans les moeurs de l’ensemble des acteurs économiques et des collectivités.
Il est également soumis au diagnostique implacable du consommateur lors d’un acte d’achat ou réservé à son regard récréatif dans la presse.En ce qui concerne le monde des industriels et la manière de rencontrer le consommateur final, l’intégralité de la chaine de valeur est désormais affectée par le virus du design :
Que ce soit pour la mise au point d’un produit, pour la création d’un territoire de marque, la conception d’un stand professionnel, la définition des emballages, ou la création d’un lieu marchand, on fait de plus en plus appel à des agences de designers…
ou alors on intègre cette discipline au sein des entreprises.

UN MONDE NOUVEAU
Pourtant, pendant ces deux décennies, notre société a subit 2 profondes mutations :
la révolution internet et la globalisation.
Ce qui a engendré les conséquences suivantes :
. Le modèle de fonctionnement des entreprises s’est profondément modifié (concentrations et délocalisations industrielles, fragmentation des métiers).
. De nouveaux acteurs économiques et de nouveaux modèles de distribution ont vu le jour (explosion des enseignes et franchises, achats en ligne).
. Les consommateurs ont transformés ou accélérés leurs comportements d’achat et sont soumis à une offre gigantesque.
. Accélération sans frontières de l’information.
. Notre vision du monde, son horizon et notre capacité à interagir sur celui-ci se sont amplifiés.

Sous le prétexte de recherche de pertinence et de rentabilité à court terme, les industriels font désormais appel aux services de l’atelier du monde et les distributeurs utilisent à outrance les mêmes recettes du marketing ou du benchmarking pour avoir la certitude de cibler le consommateur.
Le constat est en demi-teinte :
Ll’offre globale internationale est montée en gamme mais elle s’est fortement standardisée.

MARQUER SA DIFFERENCE
En Bretagne, nos PME-PMI locales sont soumises aux mêmes règles du jeu international. Alors, pour consolider son marché ou conquérir de nouveaux territoires, l e nouveau défi consiste maintenant à affirmer sa différence.
Comment ? en clarifiant son offre, en maîtrisant l’expression de sa distribution et de sa communication, en cultivant l’ADN de sa marque,

Jusqu’à présent encore trop fragmentée entre les divers spécialistes (ingénieurs, direction commerciale, services marketing, communicants, designers, distributeurs, webmasters), l’expression générale d’une marque pouvait être ressentie comme une sorte de mosaïque plus ou moins heureuse, lorsque l’on juxtapose ensemble le produit, son emballage, sa charte graphique et son contexte de distribution.

La chaîne de valeur est nécessairement contrainte à une approche plus stratégique, pour se procurer de la cohérence. L’intégration de la discipline du design devient maintenant un enjeu stratégique pour donner du sens et de la cohérence à l’ensemble des expressions d’une marque.

C’EST DÉJÀ DEMAIN
Certains entrepreneurs, ayant une culture de marque, l’ont déjà compris. Ainsi, les missions confiées au Studio sont de plus en plus de l’ordre du design stratégique, très en amont de projet. A l’occasion, par exemple, de la mutation d’une offre industrielle, de la création d’un concept marchand ou de la création d’une société. la prestation se situe à la fois dans le champs de l’analyse Marketing, dans le champs de la direction artistique (chartes graphiques et design d’espace) et dans le champs de l’innovation industrielle.

En 2014, le Design sera stratégique ou ne sera pas !

Installé à AURAY, Jacky Lefaucheur a créé et dirige le studio Lefaucheur depuis 2006. Spécialisé dans le design de marques, celui ci vient de remporter un trophée du design stratégique* avec l’entreprise APPOLIA avec qui il a mis en chantier le design global de la marque.

*La mention « Design global » : le prix récompense l’entreprise qui se distingue par une démarche systématique pouvant autant toucher les produits, les emballages, les espaces que le graphisme. Cette année, le prix est remis à Vincent Vallée, président d’APPOLIA – marque de Bretagne Céramique Industrie, pour un recours au design sans faille depuis plusieurs années (via le Studio Le Faucheur).

Interview des lauréats des Trophées  ICI

jacky lefaucheur portrait

Studio LEFAUCHEUR
Designer global freelance 2, Bis rue de la Vierge 56400 AURAY
www.jackylefaucheur.com
Tél port: 06 30 99 75 01

Lauréats du prix du design stratégique 2012

LA VEILLE CRÉATIVE UN ENJEU POUR LES PME ? Par laurent Neyssensas.Autrefois réservée à des secteurs très spécifiques ou aux grandes entreprises, la veille commence depuis quelques années à être mieux intégrée dans des PME. De plus en plus d’entreprises structurent leur démarche de veille comme une première étape vers un processus d’innovation.

La multiplication de l’information et sa facilité d’accès ont permis à chacun de développer des stratégies pour collecter, analyser et accompagner les décisions structurelle. Le secteur de la veille a ainsi depuis un peu plus d’une dizaine d’année subi de profondes mutations et croisements soit en se sectorisant (veille juridique, veille technologique, veille stratégique, veille sociale) soit en intégrant des démarches connexes (knowledge management, intelligence économique).

Dans cet ensemble de notions parfois complexes et contradictoires est apparue une veille plus spécifiquement destinée aux situations d’innovation et à la création : la veille créative.

Dans un premier temps ce terme a été appliqué à «une lecture créative des brevets» puis dans le monde du stylisme et de la mode. La veille créative est devenue aujourd’hui, pour les designers, une méthode consistant à mettre en oeuvre une surveillance des idées nouvelles en employant les outils du web,des situations d’observation directe et en couplant l’analyse à des méthodes de génération d’idées. Il s’agit d’aider le designer dans sa prise de décision (stratégie, menace, opportunités), de transformer des informations en renseignements (vision stratégique), tout en lui permettant d’agir plus rapidement (stimuler l’innovation).

Si la veille créative a des objectifs généraux communs avec les autres méthodes à savoir :

  • – obtenir des informations stratégiques
  • – identifier les menaces
  • – saisir les opportunités

elle diffère sur la méthodologie de mise en place (observation,recherche de signaux faibles) et surtout sur la forme des analyses en sortie (argumentation ou inspiration).

Le designer en éveil va rassembler différents matériaux qui vont lui permettre de construire son analyse au plus proche de la problématique à résoudre.

Les entrées sont doubles Il s’agit :

  • – soit de dégager une tendance
  • – soit de confirmer une idée ,

Les résultats deviennent une argumentation à la proposition, des justifications aux changements ou le début d’un processus créatif.

Bien entendu, cette mise en place doit se faire naturellement au sein de l’entreprise. Il ne s’agit pas de modifier les pratiques des acteurs de l’entreprise en imposant un outil de surveillance rigide mais d’analyser la pratique de chacun pour y trouver le dénominateur commun permettant l’échange, le dialogue et la transversalité.

La veille créative structurée intervient en deux temps :

  • – de façon continue sur une surveillance quotidienne partagée du secteur de l’entreprise (juridique, environnementale, technologique , concurrentiel ..
  • – sur des veilles ponctuelles, prospectives liées à une démarche projet.

Il s’agit d’une méthode permettant de structurer les observations et analyses éparses en donnant un cadre à la démarche d’observations et en lui imposant une restitution dans une temporalité contrainte.

La veille devient ainsi un lien vers l’inspiration tout en étant méthodologique, organisée et systématique.

Basé à Nantes, Laurent Neyssensas est responsable de la veille numérique et en charge de projets collaboratifs en design d’interactivité à l’école de design Nantes Atlantique. ll intervient régulièrement dans différentes conférences, formations initiales ou continues sur la gestion de projet et l’aspect méthodologique et stratégique de l’organisation informationnelle en créativité.
Quelques références :

Humbert Lesca . Veille stratégique pour le management stratégique, Etat de la question et axes de recherche, Economies et societés, série science de gestion, n°20, vol.5, p.31-50.
Pierrick Thébault . Veille et intelligence créative, Mémoire de projet de fin d’études en design interactivité à l’école de Design Nantes Atlantiques.
Henri Samier La question de la veille dans le processus d’innovation, Les Cahier de recherches CADI, hors série 2009.
Grégoire Cliquet Méthode d’innovation à l’ère du Web 2.0 thèse de doctorat

Goria Stéphane, Expression de problème, Explicitation de connaissances ou de solutions nouvelles, Représentation graphique d’information : un triptyque clé pour l’étudiant en Intelligence Economique, Assises Nationales de la Formation en Intelligence Economique, Aix en Provence, 2008.

LE DIAGNOSTIQUE DESIGN ?

Parmi les pratiques qui sont en train de rapidement se développer au sein des agences de design (au sens large : branding, produit etc…), se trouve le diagnostic design.

Il a ceci de particulier que, comme toutes les problématiques liées au design, il est multidimensionnel et … souvent mal compris.

Le plus souvent lorsqu’il est pratiqué par une agence, il se limite à une évaluation plus ou moins holistique des manifestations physiques du design (brochures, produits etc). Cette démarche, si elle est intéressante et nécessaire, pose une double question :

  • Par définition, elle ne permet pas de considérer la question des primo-accédants au design. Or il s’agit là d’une bonne partie du marché.
  • Ensuite, elle ne permet pas d’appréhender les raisons qui ont pu amener à l’instauration de ces manifestations.

Partant de là, une démarche de diagnostic doit être beaucoup plus large et se tourner notamment vers les dimensions de management du design, de compréhension de l’environnement et de culture de l’entreprise.

  • Pour le management du design, l’idée est d’être en mesure d’évaluer l’appréhension que l’entreprise a du design, les modalités de sa mise en place, son intégration dans le processus d’innovation, et les problématiques RH qui lui sont liées. Il existe de nombreux outils d’évaluation de la sensibilité d’une entreprise au design, dont ceux développés par Cooper au début des années 90 et qui offrent une bonne base de travail. En ce qui concerne l’intégration du design, les choses sont plus complexes. Comme présenté dans mon prochain ouvrage, les pratiques managériales liées au design sont extrêmement diverses et il n’existe pas de best practice ex nihilo. La tentation de vouloir reproduire ou appliquer des méthodes est en l’occurrence réellement dangereuse. Le travail de l’auditeur est alors de mettre en perspective les pratiques actuelles et de tenter d’en évaluer l’adéquation avec le potentiel de l’entreprise. Chose éminemment complexe…Finalement, le traitement RH est aussi complexe : comment évalue t’on un designer ou encore une équipe de designer. Encore une fois, pas de règles mais des tendances liées aux secteurs d’origine des entreprises. Dans le B2B ou les entreprises industrielles, la tentation est d’utiliser les grilles des ingénieurs en se basant sur des KPI de type coût/qualité/délai. Dans d’autres, plus proches du B2C, les évaluations sont osuvent plus liées à la performance des produits sur le marché
  • Les facteurs environnementaux sont beaucoup plus difficiles à évaluer. Loin des modèles enseignés en école de commerce par exemple, il s’agit de comprendre qu’elles sont les forces structurantes d’une industrie précise et quel est leur impact sur la pratique des designers. Si l’analyse semble évidente, elle est cependant souvent bâclée car elle ne met pas en perspective ces éléments structurants avec les diverses pratiques du design et surtout, peu sont ceux qui se posent la question de l’évolution à venir de ces dimensions. A titre d’exemple, l’utilisation des scénarios dans les diagnostics design est encore peu développée, alors qu’il s’agit parfois d’aspects critiques.
  • Finalement, la culture de l’entreprise doit être mise en perspective. Le rôle du design et son appréciation différent fondamentalement dans une grande entreprise du CAC 40, ou dans une PME. Derrière l’évidence se cachent des variables intéressantes telles que l’engagement du comité de direction, le rôle des financeurs (combien de projets hôteliers ont été remis en question suite au manque de suivi de la part de banquiers qui n’ont jamais été considérés comme de réelles parties prenantes), ou encore l’affection societatis au sens large.

Comme on le voit, le diagnostic design est un outil beaucoup plus large qu’on peut le penser. Ceci amène parfois à proposer une photographie de la situation parfois extrêmement biaisée car ne permettant de pondérer les divers facteurs jouant un rôle dans la pratique design.

Source: Cooper et Press, The design agenda, p.214

Editorial de Nicolas Minvielle – Novembre 2011

Basé à Nantes, Nicolas Minvielle a travaillé 7 ans à la direction des marques chez Philippe Starck. Il est aujourd’hui Responsable du Mastère marketing design et création à Audencia, consultant en design stratégique dans sa propre entreprise Design-Conseil et il est l’auteur de nombreux essais sur le design.

Edito 1er juillet 2011
Le portail DESIGN EN BRETAGNE a fêté sa première année d’existence en avril 2010. Plus de 100000 visiteurs ont déjà parcouru les pages du site et les profils des agences bretonnes dont nous poursuivons le référencement.

Afin de rendre le réseau DESIGN EN BRETAGNE le plus actif et le plus optimal possible nous avons fait circuler une enquête visant à améliorer notre outil et nos services afin de vous proposer une nouvelle version qui corresponde mieux aux attentes des PME/PMI et des professionnels du design.

Les Nouveautés :

1. Page d’accueil & titre : Changement du système de menu et bannière pour plus de lisibilité et d’intuitivité dans la navigation et la compréhension des fonctions du site.
2. Rubrique « En bref » : Publication d’offres et recherches de stages, emplois, appels à candidature, concours, brèves en général, en publication libre et modérée par notre administrateur..
3. Rubrique Dmagazine : interview d’agences de design, d’artisans, de plasticiens, des personnes qui comptent dans le paysage de la créativité et de l’innovation…
4. Rubrique « Dossiers »: Focus sur une démarche de design, de la problématique/stratégie jusqu’à l’évaluation, sous forme d’interviews, reportage photo et des chiffres clés
5. Rubrique Collectivité territoriale : Mode d’emploi et exemples de projets à destination des collectivités qui veulent engager une démarche de projet design (dans le cadre des fiches design contrat de pays faites en collaboration avec le Conseil Régional*)
6. Rubrique Marque Bretagne : Mode d’emploi design à destination des entreprises qui postulent à la labellisation « Marque Bretagne »afin de mettre le design au service de l’identité de celles ci et de la cohérence des signes qu’elles émettent vers l’extérieur
7. Rubrique Liens pour présenter les autres ressources design régionales nationales et internationales
8. Rubrique Partenaires afin de mettre en avant un partenaire sponsor du réseau (et oui, il faut trouver de l’argent quelque part…)
9. Rubrique Docs : Vous trouverez ici des modèles de contrats, de conventions, de factures etc…
10. Rubrique Concours Bretagne et design : le concours porté jusqu’ici par l’ICB devrait être repris par le réseau à partir de la rentrée.
11. Partenariat avec la Web radio Neweez pour un 1/4 d’heure mensuel sur le design
12. Envoi d’une newsletter hebdomadaire compilant les dernières actualités & brèves

Par ailleurs nous avons engagé des actions de promotion du design en 2011 :

Design et contrat de Territoire Région Bretagne/pays
Le Conseil Régional de Bretagne travaille depuis 2010 sur l’élaboration d’un guide sur l’intégration d’une dimension artistique et culturelle dans les Contrats Région/pays. DMA a planché sur l’écriture de fiches design, présentant les métiers du design, et les applications possibles vers les collectivités locales. Le design représente en effet une opportunité pour les communes des 21 pays de Bretagne de mettre en place des projets innovants pour leurs administrés et pour rendre les territoires attractifs, valoriser les ressources et façonner ainsi de nouvelles identités locales.

Marque Bretagne :
DMA fait partie du Comité de marque pour la sélection des dossiers candidats à la labellisation Marque Bretagne. Ce comité se réunit régulièrement pour examiner une trentaine de dossiers. Nous avons remarqué que les Ets qui postulent doivent souvent faire un effort d’innovation pour être labellisées. En effet une Entreprise qui est parfois une marque doit être cohérente du point de vue de ses produits, architectures commerciales, packaging, identité graphique et valeurs de marque. Design en Bretagne proposera dorénavant une offre de diagnostique et de conseil en stratégie sur le portail afin d’orienter ces entreprises vers les agences spécialisées du réseau.

Réseau Design France :
Design en Bretagne est membre du réseau Design France, l’ensemble des centres et réseaux régionaux de France. Les membre de ce réseau se réunissent régulièrement pour échanger sur les pratiques, et mutualiser des moyens et des actions.

Concours Bretagne et Design :
Le concours Bretagne & Design sera relancé à partir de septembre 2011. Mis en place en 2010, et pour sa troisième édition ce concours s’orientera de plus en plus vers l’incubation de projets permettant à des étudiants d’accomplir une expérience professionnelle à échelle 1 et d’inscrire davantage leur démarche dans le réel et dans l’économie.

Aujourd’hui Design en Bretagne se structure pour répondre à toutes vos demandes de conseil, d’information, d’accompagnement. Le réseau n’existe que si l’on s’en sert, faites le connaître, utilisez le sur vos documents de communication, contribuez à la mutualisation d’informations sur le principe : je donne 1 et je reçois 100.

Nicolas Prioux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.